La France a généré un monstre

La France a généré un monstre qu’il faut mettre hors d’état de nuire

 

Le nouveau président des Républicains, Laurent WAUQUIEZ  affirme son style et «assume ses idées». «Je ne veux pas faire une droite filet d’eau tiède ! Alors qu’on me classe à la droite de la droite, ça me fait juste sourire !», explique-t-il dans une interview au Parisien. Mais s’attaquera t-il vraiment au Monstre?

 

Pas question de se laisser impressionner par les défections, par les déclarations de ceux qui ne se reconnaissent pas dans la ligne qu’incarne Laurent Wauquiez, élu dimanche président des Républicains.

Le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes ne compte rien lâcher et assume son positionnement. Laurent Wauquiez reconnaît avoir «du tempérament et du dynamisme» et affirme être là «pour dire les choses, quitte à secouer».Dire ne suffit pas il faut faire.

«Je sens bien qu’il y a un tir de barrage contre moi en ce moment. Mais je ne suis pas là pour plaire. Je ne suis pas là pour faire plaisir au petit milieu médiatique. C’est pour cela que j’en prends plein la figure», a-t-il martelé. Il est donc bien conscient de ce qu’il souhaite faire pour son pays.

«Quand j’avais 28 ans et que je ne disais rien, j’étais le chouchou des médias. Quand maintenant j’assume mes idées, on veut me le faire payer», estime-t-il. Et d’insister: «Je ne veux pas faire une droite filet d’eau tiède!

Alors qu’on me classe à la droite de la droite, ça me fait juste sourire ! Peut être, mais pour gagner il faut séduire une majorité d’électeurs. et la victoire est la finalité.

Moi, je veux  proposer un autre chemin que celui de Macron et des extrêmes, celui d’une droite républicaine qui défend ses valeurs».

Dans la logique de son slogan «la droite est de retour», Laurent Wauquiez est convaincu que pour se redresser, la droite doit faire «des grands pas». «Ma conviction, c’est que si on veut reconstruire la droite, il faut avoir le courage d’aller jusqu’au bout de nos idées», insiste-t-il.

L’ancien ministre, qui ne cache pas ses ambitions présidentielles pour 2022, dit vouloir sortir des 35 heures, et commence à dévoiler son projet.

Il doit, s’il veut réussir sa reconquête   s’intéresser à l’intérêt général du pays et non pas seulement à son clan. Et faire des propositions très concrètes plutôt que de critiquer ce qui est fait.

La mesure concernant les 35 heures permet, selon lui, de «dire aux gens: on partage le gain, la moitié pour la compétitivité de nos entreprises, l’autre moitié pour que ceux qui bossent aient un meilleur salaire». «La défense des classes moyennes et des familles modestes est l’une de mes obsessions.» Sur ce point précis, il a entièrement raison car cette catégorie représente à elle seule une majorité. Mais le dire est une chose, le faire en est une autre.

Laurent Wauquiez a annoncé la composition de son équipe mercredi, s’entourant de responsables issus de toutes les sensibilités de la droite. Mais changer les hommes ne suffit pas, il faut aussi changer les états d’esprit et les méthodes de gestion. Exemple s’attaquer fermement au coût de l’état en supprimant tout ce qui doit l’être pour descendre ce coût en dessous de 50 % du PIB alors qu’il est aujourd’hui à près de 58 %.

Malgré ces efforts en faveur du rassemblement, Xavier Bertrand a quitté LR lundi, et Nora Berra mercredi. Bonne route à eux. Ces seconds couteaux   ont au moins le courage de se retirer d’une politique forte. Ils ne sont pas conscients du Monstre qu’il faut abattre.

COMMENTAIRES : Les Républicains, par l’élection de Laurent WAUQUIEZ à sa présidence, sur un score très significatif ont fait leur choix entre ce qui a échoué par le passé et le renouvellement et le rajeunissement des cadres au sein de leur mouvement.

La droite, la gauche, cela n’a plus vraiment de sens et d’intérêt. Dans le régime monarchique qui  est le nôtre, il y a d’un côté un pouvoir sans contre-pouvoir, et de l’autre son opposition qui a le devoir de proposer une alternative saine et crédible. Ce ne sont pas les extrêmes qui ont une chance de gagner, mais il faudra convaincre les Français..

Laurent WAUQUIEZ se positionne clairement dans une opposition d’idées, et il ne fait pas de concession aux Centristes à l’eau de rose, au ventre mou de la politique, qui par le passé étaient associés pour des raisons stratégiques et non vraiment politique.

Cela peut ne pas plaire, mais au, moins il se positionne là où la droite Républicaine doit être avec courage et détermination.  Pour beaucoup, ce choix est discutable en terme électorale, mais en agissant ainsi, il tourne le dos aux réformes superficielles et s’oriente vers les réformes structurelles fondamentales, celles qui devraient être faites depuis bien longtemps pour faire de la France un pays moderne et concurrentiel.

Laurent WAUQUIEZ, qui ne l’oublions pas a été Ministre de Nicolas SARKOZY, aux côtés duquel il a beaucoup appris s’affirme comme quelqu’un qui veut défendre une certaine vision de la France qui gagne, alors que Emmanuel MACRON  agit  comme un monarque de droit divin.

On peut constater que pour l’instant MACRON plait assez aux Français qui pour 52 % d’entre eux, le soutiennent. Dans son ses entretiens médiatiques, il   promet des résultats d’ici la fin de son quinquennat… Son prédécesseur avait fait de même. L’Arlésienne serait-elle de retour !!!! Pour l’instant il est assez adroit pour hypnotiser des auditeurs qui sont dans l’attente de résultats. Il est à craindre que le rêve se transforme en cauchemar.

La seule question que je me pose : comment peut-on sortir la France de l’ornière, sans toucher aux fondamentaux qui sont les réformes permettant de baisser drastiquement le coût de l’état ? Emmanuel MACRON mène une politique de fildefériste qui risque bien de le faire tomber. Il a la chance de bénéficier d’une conjoncture européenne et mondiale favorable qui cache la réalité Française qui malgré cela, est en queue de peloton des bonnes performances européennes. Les entreprises françaises ont de lourds poids aux pieds et ne peuvent pas avancer au même rythme que leurs concurrents étrangers.

Le combat Macron/Wauquiez ne fait que commencer. Wauquiez sera le principal opposant car les Insoumis et le Front National ont mangés leur pain blanc.

Puissent les Français, et notamment les abstentionnistes, prendre la mesure des réalités et cesser de se laisser endormir par de belles paroles inefficaces.

Notre pays a besoin de mesures fortes et draconiennes et non de mesures démagogiques qui ne peuvent se révéler que comme des caches misères.

Emmanuel MACRON va dans le bons sens, son analyse de la situation n’est pas mauvaise, son image à l’étranger redore le blason de la France, et son phrasé endort le peuple.  Toutefois les déficits se poursuivent, la  dette continue d’augmenter. Il faut se poser la question : Pourquoi ? La réponse est simple, parce qu’il ne s’attaque pas à la réduction du coût de l’état, aux réformes de structures indispensables, à la chasse aux gaspis nécessaire et utile pas plus qu’à l’empilement  des taxes, des lois, des décrets, des aides sociales, des strates administratives,  des exonérations inéquitables. En résumé il ne s’attaque pas au monstre dont la complexité et les dérives sont chaque année plus coûteuses pour les Français directement ou indirectement. Ce monstre doit être mis hors d’état de nuire et pour l’instant, ce n’est pas le cas.