Ne nous laissons plus faire

Ne nous laissons plus faire …

 

 

Citoyens, Vous avez le devoir de vous intéresser aux problèmes de votre pays et de ne pas rester inertes devant les idéologies et dogmatismes qui nous mènent dans le mur.

« Ce n’est pas parce que les décisions prises ne sont pas toutes bonnes que les Citoyens ne se responsabilisent pas, c’est parce que les Citoyens ne se responsabilisent pas que les décisions prises ne sont pas toutes bonnes ».

La France a réellement besoin d’un contre-pouvoir Citoyen pour aider nos gouvernants à faire les bons choix. Un homme seul, entouré de quelques afficionados, et à la merci d’oligarques ne peut pas résoudre tous les problèmes.

La France est en mesure de rattraper son retard vis-à-vis de ses voisins pour adapter à l’économie moderne sa législation et surtout de simplifier ses structures beaucoup trop couteuses et totalement inadaptées à la mondialisation incontournable.

Donner de l’espoir et des possibilités nouvelles aux 6.400.000 chômeurs qui souhaitent réintégrer la vie réelle : celle qui permet de se révéler et de participer au développement de son pays est un objectif partagé par l’ensemble des Français. Encore faut-il être en capacité de le faire et s’en donner les moyens.

Ce n’est pas le rôle de la pression syndicale et de quelques groupes et lobbys qui ne représentent qu’eux-mêmes, de bloquer la marche en avant du pays.

Une question se pose :

Les Français vont-ils tolérer encore longtemps cette caricature de dialogue social, qui sacrifie les intérêts de la France à ceux de minables intérêts catégoriels ? 540 nouveaux chômeurs par jour depuis 2008 ne méritent-ils pas de remettre en question les préceptes militants qui rendent aveugle et sourd à la réalité économique du pays?

Pourquoi la CGT, la CFDT, F.O, l’UNEF et d’autres mouvements très minoritaires devraient-ils être les juges de paix de l’évolution nécessaire de notre société ?

Les Français sont en colère, en révolte contre les élus qui ont oublié la mission qui leur était confiée. Exaspérés par cette mode de gouvernance qui consistait à prendre le pouvoir sans ambitions pour leur pays, sans vraie ligne directrice… avec un programme qu’ils ne respectaient aucunement une fois élus.  La France n’en peut plus de tous les néo-conservateurs qui pullulaient dans les coulisses du pouvoir…pour défendre leur pré carré. C’est la grande raison pour laquelle une majorité d’entre eux s’est abstenue et les autres leur ont refusé la suite de leur inefficace carrière.

Les citoyens ont souhaité renverser la table contre cette façon de gouverner.

Ce sont aujourd’hui les deux tiers des députés qui proviennent de la société civile. C’est, il faut en être conscient une vraie révolution de palais ? La France est une nation courageuse, déterminée qui a su affronter dans son histoire des périodes très délicates. Les Français sont prêts à accepter des sacrifices, s’ils sont partagés, et bien cadrés dans un plan directeur avec un objectif précis et clairement exprimé.

La société civile doit se rassembler et prendre la tête de la révolte citoyenne contre les occasions manquées. Halte à la démagogie. Prenons en main notre destin, plutôt que de critiquer, proposons des réformes.

Un pays qui emprunte pour payer ses employés, est un pays condamné et sans avenir. Tout ce que nous ne voulons plus.

Citoyen, il est temps de rentrer en résistance pour faire évoluer ce grand pays qu’est la France !

Mais il faut aussi laisser un peu de temps aux nouveaux venus dans la gouvernance du pays pour s’adapter aux impératifs lourds qu’est l’ organisation politique de notre pays.

Il faut agir dans le bon sens, non pas en descendant dans la rue, mais en prenant la parole, pour défendre l’intérêt général et non des intérêts particuliers. Pour soutenir les bonnes réformes et refuser les mauvaises. Seul le référendum peut permettre d’y parvenir en orientant les décisions. C’est ainsi que l’exemple devant venir d’en haut, toutes les structures inutiles et inefficaces doivent impérativement disparaitre. Il y a là, une source d’économies vitales et définitives à exploiter.

Mais comme il est très difficile d’être juge et parti, on ne peut pas compter sur les élus même s’ils sortent de la société civile pour y mettre fin. Ce sont les Citoyens qui doivent imposer ces réformes. Le référendum peut le permettre.

Cet appel à résistance du peuple de France est nécessaire, car il faut sortir le pays de sa torpeur. La France et les Français doivent se réveiller et prendre en mains leur destin.

Souhaitons que l’ensemble des groupuscules qui constitue effectivement un grand mouvement de résistance, aient la sagesse de se rassembler pour parler d’une seule et même voix et non chacun dans leur coin, ce qui est voué à l’échec.

Les associations citoyennes ne doivent absolument pas se conduire comme les partis politiques hégémoniques. Sinon elles ne servent à rien.

Les partis politiques qui se remettent difficilement de leur cuisante défaite, ne rêvent que de diviser pour mieux régner. Ne nous laissons pas faire. Ne tombons pas à nouveau dans ce piège infructueux.

 

Le Général de Gaulle avait dit :

« Il n’y a qu’une fatalité, celle des peuples qui n’ont plus de force pour se tenir debout et qui se couchent pour mourir ». On en est là !

 

            Cependant, subsiste une importante part de la population, silencieuse, inquiète, soucieuse de son avenir et consciente de son passé, malheureusement, souvent désabusée, ne voyant pas à l’horizon la solution pour faire faire « machines arrière » à ce train fou de l’histoire, ou tout du moins le stopper, pour reprendre en main son destin et renouer avec cette France, phare de l’humanité, faite à la fois de labeur et de révolte, de passions guerrières et d’humanisme, cette France qui n’est plus que l’ombre d’elle-même…

Les travaux en commun de France Unie, du Cercle de convergence et du Cercle des Citoyens Français doivent permettre de faire avancer le pays vers son unité et son efficacité dans ses décisions et reprendre en main son destin. La porte est grande ouverte pour constituer cette force nécessaire pour faire évoluer la donne.

Je me mets, avec tous les adhérents et sympathisants du Cercle des Citoyens Français à la disposition d’un grand élan national, à une force citoyenne efficiente pour rassembler les Français autour d’une nouvelle approche de la politique, une démocratie semi-directe.

D’autres l’ont fait, pourquoi pas nous ?

Bien à vous

Alain SANDLER

Président du C.C.F